bagan-myanmar
MAËVA ET ANTOHNY

MAËVA ET ANTOHNY

Les temples de Bagan, un avenir?

Tourisme responsable aux temples de Bagan

Lorsqu’on évoque les temples de Bagan, on ne peut s’empêcher de penser à ces centaines de temples entourés de montgolfières au lever du soleil. Mais que se cache-t-il réellement derrière tout ça ? Sous un soleil de plomb, il n’est pas toujours évident de rester concentré et assidu sur les explications d’histoires concernant les sites qu’on visite. On te résume en bref ci-dessous, l’histoire de cet incroyable ancien empire Birman.

L’histoire des temples de Bagan

Inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, Bagan fût, un des plus grands empires d’Asie du Sud Est. Cette nouvelle capitale du royaume, fût le premier empire Birman avec plus de 200 000 habitants. Ceci, faisant de lui, un des plus puissants empires de l’époque avec celui des Khmer rouge au Cambodge.

Le début du développement de Bagan commença au 9ème siècle. À cette époque, Bagan n’était en réalité composé que de terres habitées par de nombreux fermiers. Cette ville, se situait dans une partie du pays qui était assez aride. Grâce à leur ingéniosité, les habitants de Bagan ont réussi à élaborer de nombreux systèmes d’irrigations rendant ainsi leurs terres fertiles. Ce sont les moyens mis en œuvre pour rendre la terre fertile qui a attiré de plus en plus de personnes vers Bagan. Finalement, cela aura eu comme conséquence d’élargir la population du futur royaume.

La construction de l’empire de Bagan a joué un rôle primordial dans le développement et la propagation du Bouddhisme. À l’époque, c’était le roi Anawrahta qui gouverna ce royaume. Il régna sur ce dernier de 1044 à 1077. Le problème de cette époque, c’est que l’ensemble du pays manquait d’uniformité et d’union.
De nombreuses croyances et religions différentes étaient pratiquées par l’ensemble du peuple.
Après s’être converti au Bouddhisme Theravada, le roi Anawrahta décida d’unir son peuple autour de cette religion. C’est dans cette idée, qu’il ordonna de construire une multitude de pagodes, de stupas, de monastères et de temples bouddhistes. L’objectif étant d’aider à la propagation du Bouddhisme Theravada.

Religion et lieu de culte

La religion ayant pris une place prépondérante dans le quotidien du royaume, de nombreux manuscrits et textes bouddhistes furent ramenés aux temples de Bagan. Dans la continuité de cette idée, une grande partie des richesses du pays furent utiliser pour la construction des temples et des pagodes. Après la mort du roi, la construction et l’investissement dans l’agrandissement de l’empire ont continué à être financé par les empereurs suivants ainsi que par les familles aisées. 

Durant ces années de gloire, l’empire de Bagan était devenu un haut lieu de pèlerinage qui attira de nombreux fidèles à travers tout l’Asie du Sud-Est. La chute de l’empire, fût quant à elle causée par les tensions externes en Asie. À titre d’exemple, notamment, entre l’Inde et la Chine. De plus, la fertilité des terres qui étaient de moins en moins bonne a rendu le royaume plus vulnérable.
Lors de l’attaque par l’armée mongole, plus de 6000 temples ont été détruits. Finalement, le site fût ensuite laissé à l’abandon malgré les quelques pèlerins qui continuaient à s’y rendre.

Le tourisme aux temples de Bagan

Aujourd’hui, Bagan c’est plus de 200 temples et pagodes qui sont situés sur plus de  50 km².
Ayant eu  la chance de visiter ce lieu il y a maintenant deux ans, on peut te faire part des aspects qu’on a trouvé positifs et négatifs.

La première des choses qu’on apprécie à Bagan, c’est le calme qui y règne. En effet, le site ne peut être visité qu’à pied, à vélo ou en scooter électrique. Belle mesure prise par le gouvernement afin de limiter la pollution sur le site visité par des milliers de voyageurs qui chaque année, sont de plus en plus nombreux.

L'histoire des temples de Bagan

L’histoire du Myanmar est assez particulière et a grandement influencée le développement touristique du pays.
La dictature militaire qui régnait sur le pays, souhaitait préserver la culture et l’identité du Myanmar. Comment?
En fermant le pays au monde extérieur. Il est dès lors compréhensible qu’à la chute du régime dictatorial, une des premières choses que le pays a souhaité faire était de développer son secteur touristique.
Ceci, afin de faire comme ses pays voisins et profiter des répercussions économiques que cela pouvait avoir sur l’ensemble du pays. Pour ce faire, le site des temples de Bagan était parfait comme attrait principal.
L’objectif, étant d’attirer les nombreux touristes en quête des trésors de ce pays si mystérieux et fermé au monde pendant de si nombreuses années.

L’envie d’attirer de nombreux touristes à pousser le gouvernement à prendre des décisions favorisant la rapidité et l’efficacité au détriment de la préservation de l’authenticité. C’est dans cette optique, que les travaux de reconstruction suite aux dommages du tremblement de terre de 1975 ont été réalisés.
Pour ne pas commettre les mêmes erreurs et veiller à la protection du patrimoine, une collaboration internationale a été mise en place. Ceci, afin de coordonner la reconstruction du site sans nuire à son authenticité suite au tremblement de terre de 2016.

L’ouverture d’un pays apporte avec soi toujours de belles choses telles que le partage de sa culture, de son patrimoine et les multiples échanges entre les voyageurs. Néanmoins, il peut également engendrer des aspects plus négatifs.

La déterioration du site

Depuis que voyager au Myanmar est plus accessible, de nombreux touristes se sont amusés à escalader les temples. Ceci, afin de prendre la photo parfaite qui engendrera le plus de likes sur instagram.
C’est quelque chose que nous avons nous même fait et que nous regrettons  aujourd’hui.
Sur le moment même, on ne pense pas à mal. Cependant, c’est vrai que si tout le monde faisait ça, il ne faudra pas s’étonner si tous les temples sont détériorés. Il est désormais interdit de monter sur la plupart des temples.
Le respect de cette consigne est désormais attribué aux  nombreux gardes qui veillent à la prospérité et au respect des lieux.

L’aspect ironique dans cette histoire, c’est que grimper sur les temples pour voir le levé du soleil est encore « toléré » sur certains temples afin de ne pas « gâcher » le plaisir des touristes…
Contradictoire comme mesure n’est-ce pas ?

temple-Bagan-soleil-temple (5)

Bagan vers un toursime de masse

Un autre point qui soulève également quelques questionnements concerne l’activité phare du site: le vol en montgolfière. Est-ce bien raisonnable de laisser des centaines de montgolfières survoler le site ?
N’y a-t-il pas de risque de détérioration de ce dernier en permettant une activité de masse comme celle-ci?
La réponse se trouve certainement dans le tarif demandé pour effectuer ce genre de vol : +- 300 euros.

Finalement, avec un nombre de voyageurs de plus en plus grandissant, le nombre d’hébergements et de restaurants autour du site ne fait qu’augmenter. La question est de savoir si la construction de ces établissements touristiques respecte la distance demandée avec le site.

Ce n’est pas un jugement qu’on souhaite faire à travers cet article mais simplement une constatation sur la difficulté des choix à opérer tant pour le gouvernement que pour nous, voyageur. On souhaite préserver et profiter de la richesse culturelle d’un pays, mais on veut également y faire les activités phares. On veut respecter les lieux mais on souhaite également rentrer avec des belles photos. Quant au gouvernement, il est tiraillé entre le désir de préserver son patrimoine mais également, le besoin de continuer à développer l’attrait touristique du pays.
Selon nous, le meilleur comportement à adopter est celui d’un comportement responsable.
On se pose souvent la question de savoir si nos enfants auront la chance de pouvoir explorer les lieux que nous avons pu voir.

Tentons d’aborder un comportement le moins égoïste possible en pesant le pour et le contre. En outre, optons pour la moins pire des alternatives et acceptons qu’il n’est pas toujours possible de tout avoir.

Finalement, ne dit-on pas que les plus belles photos sont celles qui résident dans notre mémoire?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus voté
Inline Feedbacks
View all comments
trackback

[…] Les temples de Bagan, un avenir? – Blog pour tes voyages en sac à dos 1 heure il y […]

Anaïs
2 mois il y a

Article intéressant… malheureusement, plus le temps passe et plus je pense qu’il va être compliqué de concilier tourisme et protection de la nature. Le tourisme de masse aura fait des dégâts 🙁


http://www.escalesetbagages.com

Partir Loin
Administrateur
2 mois il y a
Reply to  Anaïs

Salut Anaïs,

oui en effet, les dégâts sont déjà bel et bien visibles.
Que ce soit, les temples en Asie, les sites historiques en Amérique du Sud, les lacs qui retrecissent ou les glaciers qui fondent dans l’ouest Canadien…
Néanmoins, on ne peut revenir en arrière mais on peut éviter une plus grande détérioration en ajustant nos comportements quotidiens et notre manière de voyager. Si chacun fait sa part de boulot, on pourra peut-être encore éviter le pire :)….En tout cas, on l’espère.

trackback

[…] Les temples de Bagan, un avenir? – Blog pour tes voyages en sac à dos 2 mois il y […]

trackback

[…] Les temples de Bagan, un avenir? […]

trackback

[…] Les temples de Bagan, un avenir? […]

trackback

[…] Les temples de Bagan, un avenir? […]

trackback

[…] Les temples de Bagan, un avenir? […]

trackback

[…] Les temples de Bagan, un avenir? […]

No posts found!